À la recherche du Sud. A Journey That Wasn’t de Pierre Huyghe

Par Jonathan Shaughnessy, Conservateur associé, Art contemporain, MBAC le 11 février 2013

A Journey That Wasn’t (2005) est l’une des œuvres les plus encensées de l’artiste français Pierre Huyghe. Ce film vidéo de 21 minutes réunit des images nées d’une double expérience : une expédition de voile en Antarctique entreprise en 2005 par Pierre Huyghe, six autres artistes et dix membres d’équipage, et un spectacle mis en scène en octobre 2005 à la patinoire Wollman de Central Park, à New York, intitulé A Journey That Wasn’t.

La production de Central Park et le film relatent et re-créent tous deux l’aventure vécue par Pierre Huyghe au début de 2005. Ayant entendu dire que le réchauffement climatique et la fonte de la calotte glacière avaient favorisé l’émergence de territoires inconnus en Antarctique, l’artiste avait embarqué à Ushuaia, en Argentine, sur un voilier qui avait navigué vers le sud du cercle polaire Antarctique pour découvrir des terres non cartographiées.

Après avoir essuyé plusieurs tempêtes et être restée prisonnière des glaces pendant quelque temps, l’équipe de Pierre Huyghe atteignit finalement une île inhabitée qu’elle baptisa Isla Ociosidad (l’île de l’oisiveté). Un acte légal revendiquant cette découverte est d’ailleurs accroché à l’entrée de la salle de projection du Musée. Certaines scènes spectaculaires du film montrent Huyghe et ses collègues débarquant sur l’île pour mettre en place un équipement audio et un signal lumineux destiné à attirer la faune de l’île.

L’équipe recherchait un animal en particulier : une créature albinos jamais découverte que la rumeur faisait vivre sur ces terres éloignées. Au milieu de vents violents et de rafales, des pingouins envahissent alors l’image d’A Journey That Wasn’t, comme des pèlerins affluant en masse vers un lieu inconnu. Parmi eux se dresse un pingouin aux ailes gris-blanc ; est-ce la créature recherchée ? Bien évidemment puisque la caméra alterne alors des images de l’Isla Ociosidad et des images de Central Park, où une monumentale reconstitution mécanique de cet oiseau rare sert de pièce maîtresse à une fabuleuse version musicale du voyage accompagnée par un orchestre de 40 musiciens.

À la fois documentaire, film de science-fiction et spectacle musical, A Journey That Wasn’t part à la recherche de l’âme de l’Antarctique. La vidéo, qui fusionne réalité et fiction, exprime les nombreuses impulsions — primales, coloniales et scientifiques — qui ont de tout temps poussé les aventuriers à se lancer à la découverte de terres éloignées. La condition formulée au début du film explique clairement le motif du voyage : « Il existe une île inconnue où vit une créature exceptionnelle – l’unique règle du jeu consiste à résister à la possibilité de la ramener. »  

Venez partager cette aventure et voir ce que vous pensez au Musée des beaux-arts du Canada, salle d’art contemporain B106, jusqu’au 1er Avril.

Mise à jour ! En janvier 2012, un groupe de touristes participant à une croisière en Antarctique a fait une découverte improbable. Plusieurs années après les débuts de la créature dans la production de Pierre Huyghe, National Geographic News a publié un récit sur un rare pingouin albinos aperçu en train d’errer sur des rives gelées. Voir l'histoire ici.

 


Par Jonathan Shaughnessy, Conservateur associé, Art contemporain, MBAC| 11 février 2013
Catégories :  Artistes

À propos de l’auteur(e)

Jonathan Shaughnessy, Conservateur associé, Art contemporain, MBAC

Jonathan Shaughnessy, Conservateur associé, Art contemporain, MBAC

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Commentaire

HTML autorisé : <b>, <i>, <u>

Commentaires

© 2013 Le Musée des beaux-arts du Canada. Tous droits réservés.

 2014