Anciens classiques et nouvelles perspectives : Epiphany

Par Robyn Jeffrey le 15 juillet 2014

  

Frederick Varley, Mountaineers at Rest, Garibaldi [Montagnards au repos, Garibaldi] (v. 1930), encre sur papier, 26 cm x 36,2 cm. Collection des Legacy Art Galleries de l’Université de Victoria ; achat, fonds d’acquisition de l’Université de Victoria, 1976

La directrice des Legacy Art Galleries de l’Université de Victoria, Mary Jo Hughes, nous prévient : « Laissez l’œil prendre le temps d’absorber ce qu’il voit. Ensuite, l’œuvre vous offrira une petite révélation. »

L’œuvre en question est un dessin de Frederick Varley, Mountaineers at Rest, Garibaldi [Montagnards au repos, Garibaldi], présenté dans Epiphany: Highlights from the Legacy Permanent Collection [Révélation. Pleins feux sur la collection permanente de la Legacy], une exposition actuellement à l’affiche à la Legacy Art Gallery de l’Université de Victoria. Au premier coup d’œil, rien de plus facile que de rejeter cette encre sur papier qui pourrait être considérée comme du « gribouillage ». Mais celle-ci révèle une histoire au second coup d’œil.

Mary Jo Hughes, également commissaire de l’exposition, note : « L’un des hommes endormis est Lawren Harris. » Le peintre canadien Lawren Harris a été, avec Frederick Varley, l’un des fondateurs du Groupe des Sept. « Cela ne fait aucun doute parce que le visage [de Harris] est très reconnaissable. » Et nous voilà en train d’imaginer une excursion de dessin en montagne en été. Il fait chaud. Les artistes ont suspendu une bâche à des branches et se reposent, apparemment aux heures les plus chaudes de cette journée comme en témoignent les bottes qu’ils n’ont pas retirées. »


 

Robert Davidson, Le souffleur (1992), Bronze coulé, 10/12, 17,7 cm x 36,2 cm x 36,2 cm. Collection des Legacy Art Galleries de l’Université de Victoria ; don de la Succession de Michael C. Williams

Mary Jo Hughes ajoute que bien des œuvres réunies ici réservent des surprises qui peuvent allumer « une soudaine étincelle de compréhension ou de clairvoyance ». Prenons par exemple le bronze de Robert Davidson, Le souffleur. Au premier abord, le visiteur ne comprend pas forcément qu’il a sous les yeux une vue en plongée d’un évent de baleine ayant la forme d’un visage humain souriant. Ici, comme le précise la commissaire, l’artiste explore les concepts de transformation après la mort, celle « d’un être humain qui ne fait plus qu’un avec la baleine ».

La notion de « révélation » fonctionne aussi sous de multiples aspects. L’exposition rassemble des œuvres de plusieurs artistes qui, à l’instar de l’éternelle favorite de la côte Ouest, Emily Carr, ont eu des révélations qui ont modifié leur perception du monde environnant et leur approche de l’art. D’autres œuvres donneront vraisemblablement aux visiteurs un nouvel aperçu de la collection permanente riche et variée de la Legacy qui abrite plus de 20 000 objets d’art.

« J’ai essayé de donner aux gens l’occasion de voir quelques anciens classiques, mais j’ai aussi voulu aussi leur en montrer plus – des œuvres dont ils ignoraient qu’elles faisaient partie de la collection. » Plusieurs d’entre elles ont déjà été présentées dans des bureaux et propriétés universitaires pour le programme « L’art dans le campus » de l’Université de Victoria, mais c’est la première fois qu’elles sont vues par un public plus nombreux.


 

Myfanwy Spencer Pavelic, Self-Portrait [Autoportrait] (1952), huile sur toile, 85,9 cm x 64,7 cm. Collection des Legacy Art Galleries de l’Université de Victoria ; Don de Myfanwy Spencer Pavelic

Outre des œuvres de Varley, Davidson et Carr, Révélation propose aussi des  créations de célèbres artistes canadiens dont Norval Morrisseau et Jean-Paul Riopelle, des estampes des piliers du Pop art Jasper Johns et Robert Rauschenberg, des portraits de Maxwell Bates et de Myfanwy Spencer Pavelic et des œuvres d’Art conceptuel de Sean Nattrass et de Michael Morris.

La sérigraphie sur acétate de Michael Morris, Boxed Venus [Vénus en boîte], présente une sorte d’écran de télévision abstrait à la surface extrêmement réfléchissante. « Chaque fois que vous regardez l’écran, il vous renvoie immédiatement votre portrait. Voilà une œuvre tout adaptée à une exposition dont le but est de vous révéler à vous-même.

Epiphany: Highlights from the Legacy Permanent Collection [Révélation. Pleins feux sur la collection permanente de la Legacy] est à l’affiche à la Legacy Art Gallery de l’Université de Victoria, en C.-B., jusqu’au 9 août 2014.


Par Robyn Jeffrey| 15 juillet 2014
Catégories :  Correspondants

À propos de l’auteur(e)

Robyn Jeffrey

Robyn Jeffrey

Robyn Jeffrey, écrivaine et réviseure, habite Wakefield, au Québec.

 

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Commentaire

HTML autorisé : <b>, <i>, <u>

Commentaires

© 2013 Le Musée des beaux-arts du Canada. Tous droits réservés.

 2014