Damian Moppett et Althea Thauberger aux SFU Galleries

Par Robyn Jeffrey le 24 février 2014

Damian Moppett, The Bells (2014), vue d’installation, SFU Gallery. Photo : Blaine Campbell

La nouvelle installation de Damian Moppett à la SFU Gallery à Burnaby, en C.-B., pourrait être définie comme marquant à la fois un début et une fin. Intitulée The Bells [Les cloches], l’exposition est une première canadienne et l’occasion de voir le travail vidéo de Moppet, artiste vancouvérois polyvalent qui livre une production avec cette technique pour la deuxième fois seulement. 

Mais comme l’expliquait récemment à Magazine MBAC Melanie O’Brian, directrice des SFU Galleries, The Bells est également une façon de boucler la boucle d’une recherche en cours. Au cours des dernières années, Moppett a réalisé des images de son propre atelier comme lieu de processus, d’expérimentation et de performance en matière de création artistique, images qu’il a fréquemment intégrées à son œuvre. Cette démarche fait partie d’une exploration plus vaste de la représentation de l’acte de création, et du « site aux superpositions multiples qu’est l’atelier en tant qu’espace : à la fois atelier personnel de Moppett et, dans une perspective historique, l’atelier de l’artiste à travers le temps », précise O’Brian.

Dans The Bells, un Moppett invisible présente à la caméra vidéo des photographies de son atelier et de ce qu’il contient, sur fond de piste sonore de cloches. Comme le fait remarquer O’Brian, les cloches rythment le passage du temps, appelant les gens à commémorer des événements ou indiquant le début ou la fin du travail. Dans la vidéo de Moppett, elles semblent « sonner pour marquer l’aboutissement de ce processus entourant la plongée dans l’atelier », ajoute-t-elle. Outre l’installation vidéo, l’exposition présente également des aquarelles, maquettes et études qui s’y rapportent.

Ces dernières années, le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) a fait l’acquisition d’œuvres de Moppett, ainsi que d’une autre artiste vancouvéroise de renom, dont le travail est également exposé dans l’une des SFU Galleries : Althea Thauberger. Son installation vidéo Marat Sade Bohnice, qui figure dans la collection du MBAC, est actuellement présentée à l’Audain Gallery du Goldcorp Centre for the Arts de la SFU à Vancouver. 

Althea Thauberger, Marat Sade Bohnice (détail), 2012. Production théâtrale et vidéo à haute définition, 47 min 12 sec. Photographies de production : Jan Faukner

S’inspirant de multiples références historiques et culturelles, Marat Sade Bohnice traite de la mise en scène de la pièce Marat/Sade (1963) de Peter Weiss (en elle-même une « pièce dans la pièce ») à l’hôpital psychiatrique de Bohnice à Prague. Dans Marat Sade Bohnice, Thauberger, qui a souvent traité de politique à travers l’art, soulève des questions à propos de la maladie mentale, de la désinstitutionnalisation et du rôle de l’art dans la thérapie.

Mais Marat Sade Bohnice se définit aussi par la collaboration entre Thauberger et une communauté de toute évidence en marge, partie intégrante de sa pratique courante consistant à réunir des gens autour de la création de performances et de l’exploration collective de la capacité révélatrice de l’art. La présentation vidéo de la pièce, réalisée par l’artiste en coopération avec la compagnie théâtrale expérimentale Akanda, est entrecoupée d’entrevues avec des membres du personnel et des patients de Bohnice.

Parlant à la fois de Marat Sade Bohnice et de The Bells, O’Brian précise que les deux expositions n’ont pas été programmées en fonction d’une thématique. Toutefois, elle constate que les explorations que font Thauberger et Moppett de la performance et de la scène, que cette dernière soit la vidéo ou l’atelier, donnent lieu à d’intéressants parallèles. Et il y a vraiment beaucoup à découvrir dans ces deux installations différentes, mais tout aussi intéressantes.

Marat Sade Bohnice, d’Althea Thauberger, est à l’Audain Gallery à Vancouver jusqu’au 8 mars 2014, et The Bells, de Damian Moppett, à la SFU Gallery, à Burnaby jusqu’au 19 avril 2014.


Par Robyn Jeffrey| 24 février 2014
Catégories :  Correspondants

À propos de l’auteur(e)

Robyn Jeffrey

Robyn Jeffrey

Robyn Jeffrey, écrivaine et réviseure, habite Wakefield, au Québec.

 

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Commentaire

HTML autorisé : <b>, <i>, <u>

Commentaires

© 2013 Le Musée des beaux-arts du Canada. Tous droits réservés.

 2014