Fusionner art et artéfacts : Volte-face – Portraits de Canadiens fascinants

Par Becky Rynor le 27 août 2013

Faire défiler pour la galerie de photos

Yousuf Karsh, Grey Owl (1936), Bibliothèque et Archives Canada, e010792745


David Henderson n’aurait jamais rêvé partager un jour un espace mural avec Yousuf Karsh, l’un des portraitistes les plus célèbres et talentueux au monde. Exposer à côté de cette vedette dans le lieu où il travaille, le Musée canadien des civilisations (MCC), est, selon ses propres mots, « l’émotion d’une vie ».

« Karsh a eu une influence immense sur moi, sur le plan stylistique et autrement, explique Henderson. Mais présenter ici une image que j’ai prise il y a plusieurs années, et dans la même exposition que lui, cela n’arrive qu’une fois. »

Henderson est photographe professionnel et gestionnaire du Théâtre IMAX au MCC à Gatineau, au Québec. En 2004, il a réalisé le portrait, maintenant célèbre, de l’auteure, militante et journaliste June Callwood. Cette photographie a été acquise par Bibliothèque et Archives Canada (BAC), puis choisie pour faire partie d’une exposition unique : Volte-face – Portraits de Canadiens fascinants. Organisée par BAC, elle offre une présentation novatrice, en faisant appel à l’art, aux artefacts, à la vidéo et au texte.

« À Bibliothèque et Archives Canada, nous avons toujours eu une approche différente de l’art du portrait, affirme la conservatrice Carolyn Cook. Pour nous, un portrait n’est pas forcément une image qui représente une personne dans son intégrité. Dans le portrait de Mary Pratt, on voit ses mains. Pas vraiment son visage. Nous avons aussi intégré des portraits vidéo, parce que cela nous semble exprimer une autre perspective sur une personnalité. »

L’exposition met en scène 59 personnes qui ont eu une influence sur la vie sociale, économique, culturelle, sportive ou politique du Canada. Elle comprend des portraits réalisés par 13 artistes dont les œuvres figurent dans la collection du Musée des beaux-arts du Canada (MBAC), dont le sculpteur Joe Fafard, les photographes Arnaud Maggs et Yousuf Karsh, les peintres Gordon Rayner et Norval Morrisseau et le réalisateur, peintre et graphiste Laurence Hyde.

Carolyn Cook a aussi collaboré avec le MCC pour enrichir l’exposition avec des objets comme le masque de hockey porté par le gardien de but Jacques Plante et la combinaison de course de Gilles Villeneuve au Grand Prix des États-Unis.

« Le Musée canadien des civilisations possède plusieurs objets marquants dans sa collection, comme le fusil qui aurait servi à tuer Thomas D’Arcy McGee, explique Cook. Ou les cinq petites robes portées par les quintuplées Dionne, avec leur prénom étiqueté. Ces pièces sont tellement évocatrices. Elles apportent une tout autre dimension à l’histoire que nous essayons de raconter. »

Cook a ajouté un éclairage particulier, avec des descripteurs que l’on ne trouve habituellement pas dans une exposition traditionnelle de portraits : imposture (l’athlète déchu Ben Johnson), grincheux (l’auteur Mordecai Richler); touriste (la romancière du XVIIIe siècle Frances Brooke), amateur de cigares (l’industriel William Van Horne).

« Je voulais mettre de l’avant des histoires qui suscitent la réflexion et ainsi amener le visiteur à faire en quelque sorte “volte-face”, à voir ces personnes sous une perspective différente. L’exposition repose beaucoup sur le narratif, et il y a donc amplement matière à interprétation; mais nous essayons aussi de braquer les projecteurs sur des faits méconnus propres à chaque sujet, pour que les gens puissent les aborder sous de multiples angles. »

Cook avoue que ses histoires préférées sont vraiment les plus « excentriques » : « Gilles Villeneuve était un mécanicien sans le sou qui n’avait pas les moyens de s’acheter des outils, alors il en « empruntait » chez Canadian Tire, du vol à l’étalage, en fait, raconte-t-elle. Des années plus tard, une fois le succès arrivé, il a voulu payer ses dettes et envoyé à l’entreprise un chèque de 5000 $, en ajoutant qu’elle pouvait aussi se servir de son nom. »

David Henderson dit que Volte-face est un véritable « triomphe. Les musées de portraits de partout dans le monde devraient s’y référer comme à un brillant exemple de ce qu’une exposition d’œuvres de ce genre peut donner ».

On peut visiter Volte-face – Portraits de Canadiens fascinants au MCC, à Gatineau, au Québec, jusqu’au 14 octobre 2013.


Par Becky Rynor| 27 août 2013
Catégories :  Correspondants

À propos de l’auteur(e)

Becky Rynor

Becky Rynor

Basée à Ottawa, Becky Rynor est journaliste et rédactrice en chef.

 

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Commentaire

HTML autorisé : <b>, <i>, <u>

Commentaires

© 2013 Le Musée des beaux-arts du Canada. Tous droits réservés.

 2014