J’ai vu la lumière

Par Lisa Hunter le 05 septembre 2013

 

Dan Flavin Art Institute, Bridgehampton, État de New York. Photo : Florian Holzherr 

Je l’avoue : j’ai déjà confondu une sculpture de Dan Flavin et un luminaire brisé. Cet artiste est l’un de ceux pour qui le contexte est essentiel. Placez-vous près d’une de ses œuvres fluorescentes dans une salle d’exposition remplie de tableaux, et vous verrez que tôt ou tard, un petit malin fera une blague en disant qu’il a vu la même chose chez Home Depot.

Mais dans un cadre approprié, l’art de Flavin est une révélation. Somptueux et réjouissant.

Et nul meilleur endroit pour cela que le Dan Flavin Art Institute à Bridgehampton, dans l’État de New York. Le modeste bâtiment de style Domestic Revival américain était autrefois une caserne de pompiers, puis une église. Les amateurs d’art qui s’attendent à une boîte de verre moderniste passeront sans doute devant deux ou trois fois avant de réaliser qu’il s’agit de leur destination. Mais le contraste entre l’extérieur et l’intérieur ajoute à la magie. Passez la porte, et vous voilà dans un univers totalement différent, une maison à surprises version intellectuelle.

Flavin en a conçu lui-même l’aménagement et, sans surprise, on y trouve la meilleure installation de ses œuvres que j’aie jamais vue. Parfois, l’éclairage d’ambiance d’autres musées peut faire paraître le travail de Flavin comme guère plus qu’un assemblage de tubes fluorescents. Mais ici, les murs rayonnent de couleurs riches et intenses. Et soudain, il n’est plus question d’ampoules, mais de lumière.

 

Vue d'installation, The Dan Flavin Art Institute, Bridgehampton, État de New York. Photo : Florian Holzherr. Collection de la Dia Art Foundation 

Dans ce décor, force est de constater que Flavin est un coloriste de grand talent. Les teintes saturées éclaboussent les murs blancs, puis se mélangent aux autres nuances quand les œuvres se rencontrent.

C’est un mini cours d’art. Les artistes pensent toujours à la couleur. Lorsqu’ils observent, par exemple, un portrait de Matisse, ils remarquent immédiatement que Madame Matisse a une raie verte qui descend à travers son visage. Nous, les non-artistes, en revanche, pouvons parfois être distraits par le sujet. Il nous faut apprendre à regarder. Au Flavin Art Institute, rien ne vient déranger l’observation informée de la couleur. Un pur plaisir intellectuel.

Le musée est sous l’aile de la Dia Art Foundation, qui possède une longue histoire de soutien à des lieux inspirants, propres à un seul artiste, comme The New York Earth Room de Walter de Maria et la Spiral Jetty de Robert Smithson, ainsi que le préféré des intellectuels, la Dia:Beacon. Mais le Flavin Art Institute est l’un de ces rares endroits qui enchanteront tant le novice en art que l’« artcoolique » le plus blasé. Flavin rend la théorie amusante à regarder.

Dan Flavin Art Institute à Bridgehampton, État de New York, est ouvert toute l'année


Par Lisa Hunter| 05 septembre 2013
Catégories :  Correspondants

À propos de l’auteur(e)

Lisa Hunter

Lisa Hunter

Lisa Hunter est une scénariste et journaliste culturelle de Montréal. Son livre, The Intrepid Art Collector, a été publié par Three Rivers/Random House Canada.

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Commentaire

HTML autorisé : <b>, <i>, <u>

Commentaires

© 2013 Le Musée des beaux-arts du Canada. Tous droits réservés.

 2014