Jouer avec le Groupe des Sept

Par Becky Rynor le 21 mars 2014

Diana Thorneycroft, Group of Seven Awkward Moments: Summer (Grey Owl and Anahareo at Beaver Swamp) [Groupe de sept moments gênants. Été (Hibou Gris et Anahareo à Beaver Swamp)], 2007, épreuve à développement chromogène sur papier, 25 x 34 cm. Collection de la MacKenzie Art Gallery. Don de Michael Boss. Photo : avec l'autorisation de l'artiste

Canadiana est l’événement des premières, non seulement pour la MacKenzie Art Gallery, mais aussi pour l’artiste Diana Thorneycroft, la commissaire Hilary Knutson et le public.

L’exposition a été inspirée par la série de photographies de Thorneycroft, Groupe de sept moments gênants, interprétation espiègle des œuvres du célèbre Groupe des Sept qui décrivent et définissent le paysage canadien. Vingt des clichés impertinents de Thorneycroft sont associés à des peintures de paysage historiques de la collection permanente de la MacKenzie signées par des artistes canadiens comme Augustus Kenderdine, Dorothy Knowles et Cornelius Krieghoff, dont des œuvres figurent également dans la collection permanente du Musée des beaux-arts du Canada (MBAC).

Dorothy Knowles, Blue Reverie [Rêverie bleue], 1992, acrylique sur papier, 576 x 767 cm. Collection de la MacKenzie Art Gallery. Don de l'artiste. Photo : Don Hall

« Nous avons dans notre collection ces pièces magnifiques de peintres canadiens inspirés par les paysages, explique Knutson. Il est tellement facile de tomber sous le charme de la beauté du pays, mais les images de Diana nous rappellent toute la complexité que cela recèle. Mon propos n’est pas simplement de montrer une belle exposition de paysages, mais de creuser un peu plus. Ses photographies placent vraiment les tableaux dans une perspective nouvelle et palpitante. »

Pour faire vivre aux visiteurs une expérience unique, Knutson les invite à explorer ce que signifie être Canadien en créant leur propre diorama en réaction au travail de Thorneycroft.

« Les gens pourront créer leurs propres scènes en se servant de figures liées qui à leur propre identité, qui à un moment ou à un personnage historique en particulier, dit-elle. Deux décors sont montés et à disposition, et il vous reste à choisir les accessoires, jouets ou figurines pour réaliser une composition sculpturale, puis en prendre une photo, imitant ainsi le processus suivi par Diana dans sa pratique. »

Ed Fletcher, Elk [Wapiti], sans date, aquarelle sur papier, 30 x 45 cm. Collection de la MacKenzie Art Gallery. Don de Veronica et David Thauberger. Photo : Don Hall

Deux toiles historiques de la collection de la MacKenzie, Settler’s Farm near Vancouver, circa 1911 [Ferme de colons près de Vancouver, vers 1911], d’Harold Copping, et In the Rockies, 1898 [Dans les Rocheuses, 1898], de Thomas Mower Martin, ont été reproduites et agrandies et servent d’arrière-plan aux dioramas.

« Je n’avais encore jamais participé à une exposition où les gens inventent leur propre diorama, avoue Thorneycroft. C’est génial. Je suis venue avec une valise remplie de jouets, que j’ai placés sur une table, et le personnel a commencé à s’amuser. J’espère que les visiteurs prendront autant de plaisir. »

Les accessoires ont tous une « connexion canadienne », précise Thorneycroft. « Parmi les animaux, on trouve un wapiti, un castor, un orignal, des loups hurlants et des ours, et il y a des poupées d’Amérindiens que j’ai achetées dans les aéroports, qui font pas mal cliché. Il y a aussi beaucoup de figurines de la GRC, dont une Barbie. Lorsque les gens entreront dans cette exposition, selon moi, ils constateront que ce choix d’accessoires est très caractéristique, et ils pourront alors jouer à l’intérieur de ce paradigme. »

Diana Thorneycroft, Group of Seven Awkward Moments: Summer (Jack Pine) [Groupe de sept moments gênants. Été (Le pin gris)], 2007, épreuve à développement chromogène sur papier, 26,5 x 33 cm. Collection de la MacKenzie Art Gallery. Don de Michael Boss. Photo : avec l'autorisation de l'artiste

Knutson admet qu’ajouter à l’exposition une composante interactive comportait une part de risque. « C’est la première fois que la MacKenzie crée un espace à même les salles pour que le public puisse participer activement et être partie prenante à l’exposition, et ainsi s’imprégner davantage de la collection. Je voulais laisser à chacun la possibilité de créer son propre diorama, et engager ainsi une réflexion sur sa propre identité et son lien avec cette terre. »

Thorneycroft ajoute qu’elle trouve « emballant » de voir ses œuvres présentées aux côtés de celles d’autres artistes. « C’est très drôle, parce que mon travail est tellement contemporain et le leur beaucoup plus historique, s’amuse-t-elle. Mais je crois que je rends leur œuvre plus contemporaine, et qu’ils font rentrer la mienne dans l’histoire de la création artistique canadienne. »

Canadiana est présentée à la MacKenzie Art Gallery à Regina jusqu’au 14 juin 2014.


Par Becky Rynor| 21 mars 2014
Catégories :  Correspondants

À propos de l’auteur(e)

Becky Rynor

Becky Rynor

Basée à Ottawa, Becky Rynor est journaliste et rédactrice en chef.

 

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Commentaire

HTML autorisé : <b>, <i>, <u>

Commentaires

© 2013 Le Musée des beaux-arts du Canada. Tous droits réservés.

 2014