The Refusal of Time : William Kentridge au Met

Par Becky Rynor le 07 février 2014

William Kentridge (Afrique du Sud, 1955), The Refusal of Time [La négation du temps], installation du Metropolitan Museum of Art de New York (2012), vidéo à cinq canaux avec son, mégaphones et une « machine qui respire » (ou « éléphant »), 30 minutes. Une collaboration avec Philip Miller, Catherine Meyburgh et Peter Galison. Détenue conjointement par le Metropolitan Museum of Art de New York et le San Francisco Museum of Modern Art. Achat, Roy R. and Marie S. Neuberger Foundation Inc. et Wendy Fisher Gifts et The Raymond and Beverly Sackler 21st Century Art Fund, 2013. © 2012 William Kentridge

Entrer dans l’univers sonore polymorphe de la dernière installation vidéo de l’artiste sud-africain William Kentridge, c’est en même temps être ensorcelé et transporté, et plonger un monde tout aussi techniquement éblouissant que stimulant intellectuellement.

Ian Alteveer, conservateur adjoint d’art moderne et contemporain au Metropolitan Museum of Art (MET) de New York qui présente The Refusal of Time [La négation du temps] jusqu’au 11 mai 2014, n’a pas de doutes : « C’est un vrai chef-d’œuvre dans lequel William revient beaucoup de concepts qu’il revisite depuis le début de sa carrière. Mais pour le spectateur, c’est aussi clairement un environnement merveilleusement immersif et fascinant. Il a tout ce que l’on peut souhaiter d’une œuvre de Kentridge. »

L’œuvre marque aussi la poursuite des incursions de William Kentridge dans le domaine toujours plus complexe et technologique de la vidéo. Encore aujourd’hui, le film What Will Come (2007), qui fait partie de la collection permanente du Musée des beaux-arts du Canada, est largement reconnu à la fois comme un exploit technique et une bonne histoire à l’ancienne.

Le Musée abrite aussi un bronze de William Kentridge, Procession (1999–2000), qui témoigne également de l’immense créativité de cet artiste graveur, sculpteur et vidéaste dont la réputation mondiale n’est plus à faire.  

The Refusal of Time a été acheté conjointement par le MET et par le San Francisco Museum of Modern Art.

William Kentridge (Afrique du Sud, 1955), The Refusal of Time [La négation du temps], installation du Metropolitan Museum of Art de New York (2012), vidéo à cinq canaux avec son, mégaphones et une « machine qui respire » (ou « éléphant »), 30 minutes. Une collaboration avec Philip Miller, Catherine Meyburgh et Peter Galison. Détenue conjointement par le Metropolitan Museum of Art de New York et le San Francisco Museum of Modern Art. Achat, Roy R. and Marie S. Neuberger Foundation Inc. et Wendy Fisher Gifts et The Raymond and Beverly Sackler 21st Century Art Fund, 2013. © 2012 William Kentridge

Une sculpture mobile – une « machine qui respire » ou « éléphant » – habite le cœur de cette installation. Pour créer cet automate en forme d’orgue muni d’un soufflet, l’artiste s’est inspiré des plans des années 1870 représentant les tubes pneumatiques en cuivre enfouis sous les pavés de Paris qui envoyaient régulièrement des impulsions d’air pour calibrer les horloges de la ville. Ces plans lui avaient rappelé un passage d’un roman de Dickens, Les Temps difficiles (1854), décrivant des machines dont « le piston […] s’élevait et s’abaissait avec monotonie, comme la tête d’un éléphant mélancolique ». La métaphore illustre les avancées scientifiques et industrielles souvent convulsives de l’époque moderne qui, selon Kentridge, ne sont que de vaines tentatives de contrôler le temps.

Pour Ian Alteveer, cette « merveilleuse œuvre multiforme » repose sur la formation de l’artiste : « Au départ, William est un dessinateur, et ses dessins animent des sections des canaux. Il y a l’action en direct, et il y a aussi une animation et des silhouettes. L’installation s’achève sur une de ses superbes processions de silhouettes. Je crois que le dessin, le travail sur papier et les livres font toujours partie de sa démarche. Il est du genre bibliophile ultime, et les pages d’encyclopédies et de livres anciens servent de toile de fond à plusieurs sections du film. »

The Refusal of Time est le fruit d’une collaboration de William Kentridge avec l’artiste Catherine Meyburgh, l’historien des sciences de Harvard Peter Galison et le compositeur sud-africain Philip Miller. Les animations et les séquences d’action, y compris la procession des silhouettes qui clôt le film de 30 minutes, ont été créées avec des chorégraphes, des cinéastes et des scénographes.

The Refusal of Time est présentée au MET de New York jusqu’au 11 mai 2014.


Par Becky Rynor| 07 février 2014
Catégories :  Correspondants

À propos de l’auteur(e)

Becky Rynor

Becky Rynor

Basée à Ottawa, Becky Rynor est journaliste et rédactrice en chef.

 

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Commentaire

HTML autorisé : <b>, <i>, <u>

Commentaires

© 2013 Le Musée des beaux-arts du Canada. Tous droits réservés.

 2014