L’art noble des Carrache

Par Sonia Del Re, Conservatrice adjointe des dessins et estampes européens, américains et asiatiques, MBAC le 31 mai 2013

Faire défiler pour la galerie de photos

Ludovico Carracci, La Vierge et l'Enfant (v. 1580–1595), sanguine avec rehauts de craie blanche sur papier vergé bleu fané, 28,2 x 24,5 cm. MBAC

 

C’est au XVIe siècle à Bologne, dans le nord-est de l’Italie, que débute l’histoire des Carrache, éminente famille d’artistes. Les frères Annibal (1560–1609) et Agostino (1557–1602) ainsi que leur cousin Ludovico (1555–1619) forment, ensemble, un front contre l’art de la renaissance tardive. En effet, ils rejettent d’emblée le maniérisme, courant pictural prévalant qui se caractérise par la préférence pour les formes exagérées, les couleurs acidulées et les jeux d’ombre et de lumière. Leur retour vers une peinture plus naturaliste s’inspire des maîtres anciens vénitiens et florentins. Ils puisent donc chez les Titien et Véronèse et les Michel-Ange et Raphaël le classicisme dont leur style novateur est empreint et qui donne, pour ainsi dire, naissance à l’ère baroque.

L’exposition d’une vingtaine d’œuvres intitulée L’art noble des Carrache et de leur école. Sélection de dessins et d’estampes, présentée au Musée des beaux-arts du Canada jusqu'en janvier 2014, met en lumière la façon dont les Carrache réforment la peinture. Leur ambition première est d’ennoblir l’art; ils mettent en œuvre ce désir par la recherche de la simplicité et de la clarté, et par l’enseignement. C’est ainsi qu’ils instaurent à Bologne une académie où l’on initie les jeunes artistes au dessin d’après nature et à l’étude des maîtres anciens. L’enseignement de cette institution, l’Académie des Incamminati (« ceux qui progressent »), est fondé sur l’observation de la nature et vise l’atteinte d’un réalisme suprême que nous sommes à même de constater dans la quinzaine de dessins et d’estampes exécutées par les membres de cette famille et autour de laquelle cette exposition se développe.

L’immense influence des Carrache y est illustrée par les œuvres de grands artistes baroques qui se sont formés à leur contact, comme Guido Reni (1575–1642) et Giovanni Francesco Barbieri (1591–1666), connu sous le nom de Guerchin. En plus des exemples d’art sacré et de récits mythologiques, la sélection donne à voir des paysages et des caricatures, deux genres picturaux popularisés par les Carrache.


Par Sonia Del Re, Conservatrice adjointe des dessins et estampes européens, américains et asiatiques, MBAC| 31 mai 2013
Catégories :  Expositions

À propos de l’auteur(e)

Sonia Del Re, Conservatrice adjointe des dessins et estampes européens, américains et asiatiques, MBAC

Sonia Del Re, Conservatrice adjointe des dessins et estampes européens, américains et asiatiques, MBAC

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Commentaire

HTML autorisé : <b>, <i>, <u>

Commentaires

© 2013 Le Musée des beaux-arts du Canada. Tous droits réservés.

 2014