À travers vents et marées

Par Peter Zimonjic, Éditeur vidéo en chef et rédacteur de contenu, MBAC le 14 février 2014

Rembrandt van Rijn, Les trois arbres (1643), eau‑forte avec pointe sèche et gravure au burin sur papier vergé, 21,8 x 28,7 cm. MBAC

La galerie McIntosh de l’université Western Ontario espère qu’une exposition itinérante du Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) mettant en vedette des œuvres d’illustres artistes hollandais lui amènera un tout nouveau public.

« Le nom de Rembrandt attire les visiteurs et nous nous en servons pour séduire des gens qui ne viendraient pas nous voir autrement, déclare James Patten, directeur et conservateur en chef de la McIntosh. Comme il y a peu d’œuvres internationales qui passent par London (Ontario), nous avons l’occasion rêvée d’offrir un contenu international à la collectivité. »

Organisée par Sonia Del Re, conservatrice adjointe des dessins et estampes européens au MBAC, l’exposition À travers vents et marées. Trois siècles de paysages hollandais réunit 65 œuvres sur papier dont des paysages signés par certains des plus grands maîtres hollandais, notamment Rembrandt et Jacob van Ruisdael qui ont brillamment contribué « à l’essor du paysage comme genre pictural à part entière », affirme Del Re.

La plupart des gens connaissent mieux Rembrandt pour ses portraits ou ses œuvres religieuses, mais cette présentation révèle une autre facette de l’artiste : son talent pour le naturalisme. Et ses œuvres sur papier témoignent du sérieux qu’il accordait à ce procédé qu’il jugeait aussi important que la peinture.

Sonia Del Re précise : « Ses rendus de paysages à l’eau-forte sont brillants, mais ils sont aussi spontanés et personnels. Malgré leur ampleur, ses compositions suggèrent un sentiment d’intimité. Les estampes réunies ici sont en fait basées sur des observations précises de lieux reconnaissables, ce qui explique qu’elles aient autant fasciné les mécènes du XVIIe siècle qu’elles fascinent aujourd’hui. »

« Cette exposition d’estampes et de dessins qui saisissent l’essence et la beauté de la nature hollandaise depuis trois siècles prouve l’importance du paysage pour la croissance économique, militaire et scientifique de la région », ajoute Del Re.

Au-delà du plaisir esthétique évident qu’elles suscitent, James Patten souhaite que ces œuvres attirent les amoureux de l’art bien sûr, mais aussi les étudiants en médecine et en génie de la Western qui s’intéressent aux représentations des nouvelles techniques nées en Hollande pendant son âge d’or.  

« Les moulins à vent ont peut-être un charme suranné pour nous, mais ils étaient très perfectionnés pour leur époque, explique James Patten. Voilà pourquoi nous invitons notre département de génie en lui en offrant des visites et nous entrons en contact avec toutes sortes de groupes du campus et de groupes communautaires qui voudront visiter cette exposition pour différentes raisons. »

« Nous ne sommes pas un grand musée et nous ne pouvons évidemment pas participer à bien des activités du Musée des beaux-arts du Canada. Mais ce type de petite exposition ciblée, spécialisée et de grande qualité d’œuvres impossibles à obtenir dans le sud-ouest de l’Ontario représente pour nous une occasion unique », conclut James Patten.

L’exposition À travers vents et marées. Trois siècles de paysages hollandais est présentée à la galerie McIntosh de l’université Western Ontario jusqu'au 5 avril 2014.


Par Peter Zimonjic, Éditeur vidéo en chef et rédacteur de contenu, MBAC| 14 février 2014
Catégories :  Expositions

À propos de l’auteur(e)

Peter Zimonjic, Éditeur vidéo en chef et rédacteur de contenu, MBAC

Peter Zimonjic, Éditeur vidéo en chef et rédacteur de contenu, MBAC

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Commentaire

HTML autorisé : <b>, <i>, <u>

Commentaires

© 2013 Le Musée des beaux-arts du Canada. Tous droits réservés.

 2014