The Clock arrive à Montréal

Par Becky Rynor le 21 février 2014

Christian Marclay, The Clock (2010), installation vidéo à canal unique, durée : 24 heures. Acheté en 2011 grâce à l'appui généreux de Jay Smith et Laura Rapp, et Carol et Morton Rapp, Toronto. Acquis conjointement par le Musée des beaux-arts du Canada et le Museum of Fine Arts, Boston. Avec l’autorisation de l’artiste, White Cube, Londres, et Paula Cooper Gallery, New York

Le Musée d’art contemporain de Montréal (MACM) se prépare à accueillir de vastes foules avec The Clock de Christian Marclay, peut-être l’une des plus célèbres œuvres d’art contemporain au monde.

« Le succès de The Clock atteste sa qualité, note François LeTourneux, conservateur adjoint au MACM. Tous ceux ou presque qui ont vu cette œuvre vidéo se sont battus pour la présenter. Elle est fantastique. »

« Nous avons vraiment eu de la chance d’avoir pu nous associer avec le MBAC. La vidéo a été projetée à Toronto, à Winnipeg. Nous sommes enchantés de l’avoir ici, et je suis sûr que beaucoup d’autres musées voudront la présenter dans les prochaines années. C’est une réussite exceptionnelle. »

Cette ode au temps et au cinéma applaudie aux quatre coins du monde a été dévoilée en 2010, au White Cube de Londres. Christian Marclay a reçu le Lion d’or du meilleur artiste à la Biennale de Venise de 2011, et plusieurs musées et galeries d’art du monde entier en ont ensuite acheté des éditions – dont le MBAC, conjointement avec le Museum of Fine Arts de Boston, une acquisition rendue possible pour le MBAC grâce à l’appui financier de Jay Smith et Laura Rapp, et de Carol et Morton Rapp, de Toronto.

Jonathan Shaughnessy, conservateur associé de l’art contemporain au MBAC, a vu pour la première fois The Clock en 2010, au White Cube, lors de sa projection-inauguration. L’œuvre jouissait déjà d’un immense battage. « Il ne m’a pas fallu longtemps pour comprendre qu’elle était vraiment singulière. C’est l’une de ces très rares créations emblématiques qui marquent l’imaginaire. »

The Clock se compose de milliers d’extraits de séquences de films et de fragments visuels se rapportant au temps. Montres-bracelets, tours d’horloges, cadrans solaires, réveille-matin, comptes à rebours et bribes de dialogues ponctuent chaque minute des 24 heures de la journée. The Clock indique l’heure exacte à laquelle le spectateur regarde.

Jonathan Shaughnessy explique : « C’est une vidéo de 24 heures synchronisée sur le temps réel. Le montage est incroyable, et la somme de travail investie dans la création d’un flux à partir de récits totalement fragmentés est extraordinaire. Je pense que c’est en partie ce qui fait l’intérêt de cette œuvre. Elle est très facile à regarder et pourtant, chaque spectateur sait pertinemment qu’il n’y a aucune intrigue, aucune histoire qui va se concrétiser, tout est discontinu. » 

La réalisation de The Clock a pris plusieurs années, durant lesquelles l’artiste et ses assistants ont sélectionné avec application des extraits de productions d’un siècle de cinéma. Il s’agit de la première pièce de Christian Marclay acquise par le MBAC, et celle-ci a été qualifiée de chef-d’œuvre contemporain, rien de moins.

The Clock est à l'affiche au MACM du 22 février jusqu'au 20 avril 2014. Le MACM organise cinq projections spéciales de 24 heures et la première aura lieu le 21 février, en soirée. Cliquez ici pour de plus amples renseignements.

Avec dossiers de Peter Zimonjic



Par Becky Rynor| 21 février 2014
Catégories :  Expositions

À propos de l’auteur(e)

Becky Rynor

Becky Rynor

Basée à Ottawa, Becky Rynor est journaliste et rédactrice en chef.

 

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Commentaire

HTML autorisé : <b>, <i>, <u>

Commentaires

© 2013 Le Musée des beaux-arts du Canada. Tous droits réservés.

 2014