Votre collection au MBAC : Lawren S. Harris

Par Équipe MBAC le 21 mars 2017


Lawren S. Harris, Panneau d'affichage (Jazz), 1921, huile sur toile, 107,2 x 127,5 cm. Don de la Compagnie Pétrolière Ltée, Calgary, 2016. Tous droits réservés, famille de Lawren S. Harris

Avant d’imaginer ses formes montagneuses emblématiques et de s’aventurer dans les compositions abstraites, Lawren S. Harris (1885–1970) a été inspiré par le décor urbain de Toronto. En fait, du début des années 1910 au début des années 1920, il a peint régulièrement des scènes de ville. Par leur représentation progressiste des classes ouvrières et de leur habitat, celles-ci étaient plutôt inhabituelles dans l’art canadien de l’époque. La nouvelle acquisition du Musée des beaux-arts du Canada (MBAC), Panneau d’affichage (Jazz), est un exemple exceptionnel de cette période déterminante dans la carrière du peintre.

Né à Brantford, en Ontario, le 23 octobre 1885, Lawren S. Harris a déménagé à Toronto avec sa famille à un très jeune âge. Il est demeuré dans cette ville jusqu’en 1934, malgré de fréquents voyages de dessin à travers le Canada durant ces années. Il était, lors de ces derniers, en compagnie d’autres artistes canadiens, dont Tom Thomson (1877–1917), J.E.H. MacDonald (1873–1932) et A.Y. Jackson (1882–1974). Alors que le nationalisme qui dominait la peinture de paysage en Ontario connaissait son apogée avec la formation du Groupe des Sept en 1920, Harris travaillait avec succès dans plusieurs genres, notamment les scènes urbaines, et ce, même avant Panneau d’affichage (Jazz).

Lors de la première exposition du Groupe en mai de cette année-là, Harris a exposé ces tableaux urbains, ainsi que des portraits, des paysages et des esquisses. Sa toile Cabanes (qui fait partie de la collection nationale), par exemple, a été présentée en 1920. Les critiques et le public sont restés perplexes devant ces couleurs vives et les sujets exclusivement canadiens du Groupe lors de l’exposition inaugurale de celui-ci, certains allant même jusqu’à se demander : « Ces nouveaux peintres canadiens sont-ils fous? ».



Lawren S. Harris, Panneau d'affichage (Jazz) [détail], 1921, huile sur toile, 107,2 x 127,5 cm. Don de la Compagnie Pétrolière Ltée, Calgary, 2016. Tous droits réservés, famille de Lawren S. Harris

Le public est resté également quelque peu abasourdi lors de la seconde exposition du Groupe des Sept en 1921, au cours de laquelle il a pu découvrir Panneau d’affichage (Jazz), terminé depuis peu. Un compte rendu anonyme de l’événement dans le Mail & Empire n’était pas particulièrement élogieux : « Lawren Harris nous a proposé un peu de tout. Il n’est jamais aussi bon que dans ce mélange de réalisme et d’exagération avec lequel il traite de la vie urbaine canadienne. Jazz fait toutefois exception ». Nombre de critiques de l’exposition ont abondé dans le même sens. Panneau d’affichage (Jazz), mis en vente à 700 $, n’a pas trouvé preneur et en fait, est resté propriété de l’artiste pour le reste de sa vie.

Malgré cette réception peu flatteuse lors de la première (et unique) présentation de Panneau d’affichage (Jazz) du vivant de Harris, l’œuvre s’avère aujourd’hui être une de ses scènes urbaines les plus exceptionnelles. Le panneau d’affichage, brillamment coloré et aux motifs décoratifs, d’aspect presque abstrait, témoigne de l’approche avant-gardiste du Groupe des Sept et de certains des contemporains de ses membres au début des années 1920.

Si l’on associe généralement ce style au rendu que fait le Groupe du paysage canadien, Panneau d’affichage (Jazz) est l’occasion de voir comment les tendances de l’art moderne au pays ont à l’époque teinté la représentation de la ville. Les murs des maisons à la droite de la toile, notamment, sont peints avec les mêmes traits de pinceau affirmés qui ont servi à représenter l’accumulation de peinture et d’affiches sur le panneau du titre. Les nuages anguleux et développés qui s’étirent sur fond de ciel bleu dans l’extrémité supérieure droite de la composition, ainsi que la palette marron du premier plan, sont dans les deux cas réalisés avec de forts empâtements. Le traitement habile que fait Harris de la peinture sur la toile crée une impression d’immédiateté et renforce le caractère éphémère des publicités placardées sur le panneau d'affichage.


Lawren S. Harris, Panneau d'affichage (Jazz) [détail], 1921, huile sur toile, 107,2 x 127,5 cm. Don de la Compagnie Pétrolière Ltée, Calgary, 2016. Tous droits réservés, famille de Lawren S. Harris

Harris a continué à peindre des scènes de ville après Panneau d’affichage (Jazz), mais leur nature a changé par rapport au dynamisme démonstratif et jubilatoire de ce tableau, pour prendre une tournure plus engagée socialement, comme c’est le cas pour L'impasse Black, à Halifax, aussi dans la collection nationale. Malgré cette transition, l’intérêt de Harris pour la thématique est démontré par le nombre de scènes de ce type qu’il a exposées entre mars 1919 et août 1921, période au cours de laquelle il en a présenté pas moins de trente-sept en treize occasions. À titre de comparaison, il a proposé seulement vingt paysages, quatre portraits et une scène hivernale décorative, soit un total de vingt-cinq toiles, lors des mêmes expositions.

Après 1921, Harris a progressivement migré des scènes urbaines vers des paysages sans personnages. Ce changement dans le choix de ses sujets est perceptible dans le type de tableaux qu’il a présentés lors des expositions du Groupe des Sept des années 1920 et du début des années 1930. Avec le temps, le penchant de plus en plus marqué d’Harris pour le mysticisme et la théosophie a commencé à transparaître dans sa pratique artistique. À la suite de son départ de Toronto, sa peinture est devenue de plus en plus abstraite, nourrie des idées conceptuelles qui habitaient ses œuvres antérieures, comme Panneau d’affichage (Jazz).

Cette toile sera présentée à compter du 15 juin 2017 dans les nouvelles Salles d’art canadien et autochtone. Pour de plus amples renseignements veuillez cliquer ici.


Par Équipe MBAC| 21 mars 2017
Catégories :  Expositions

À propos de l’auteur(e)

Équipe MBAC

Équipe MBAC

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Commentaire

HTML autorisé : <b>, <i>, <u>

Commentaires

© 2013 Le Musée des beaux-arts du Canada. Tous droits réservés.

 2017