L’art dans la paume de votre main

Par Robyn Jeffrey le 23 juin 2014

La nouvelle appli mobile du Musée des beaux-arts du Canada, commanditée par Bell. Image : W. Blair Bruce, Les charrons (1894), MBAC

J’admire depuis longtemps Rita Letendre, la célèbre artiste canadienne connue pour ses tableaux abstraits dramatiques. Mais je n’ai jamais eu l’occasion de la rencontrer, ni de l’entendre parler de son travail. La nouvelle appli mobile du Musée des beaux-arts du Canada (MBAC), cependant, me permet justement de le faire.

Commanditée par Bell et fonctionnant sur les téléphones et tablettes sous iOS et Android, l’application gratuite met en vedette 52 œuvres de la collection canadienne du MBAC. Outre des descriptions très détaillées de chacune, elle propose tout un éventail de contenus audio et vidéo et de fonctions interactives, permettant à l’utilisateur de cibler des détails, d’accéder à des cartes géographiques pertinentes, à un glossaire de l’art et aux biographies des artistes.

Lors d’une visite récente au MBAC, j’étais devant Tension sur le noir (1963) de Letendre, mon téléphone intelligent en main, et l’artiste expliquait dans l’une des entrevues de l’application : « J’aime les couleurs très contrastées et puissantes. J’ai utilisé le noir dans de très nombreux tableaux. Le noir est très important et il est entouré de ce filet qui soit le menace, soit l’enlace. » C’était un peu comme avoir Letendre avec moi.

En effet, l’application met à portée de main de nombreux artistes et experts. Dans l’une de ces capsules audio, Doris Couture-Rigert, restauratrice principale du MBAC, raconte comment elle a méticuleusement travaillé sur une cafetière en argent datant de plus de 200 ans, la seule connue à avoir été produite dans le Québec préindustriel. Dans une autre, Charlie Hill, conservateur de l’art canadien, évoque l’époque à laquelle J.E.H. MacDonald, membre du Groupe des Sept, a peint Le jardin sauvage (1916) et les controverses qui ont entouré ce tableau d’un jardin « revenu à l’état sauvage », radical en ce temps-là.

La nouvelle appli mobile du Musée des beaux-arts du Canada, commanditée par Bell. Image : J.E.H. MacDonald, Le jardin sauvage, 1916, MBAC. Don de W.M. Southam, F.N. Southam et H.S. Southam, 1937, à la mémoire de leur frère Richard Southam

Les œuvres d’art présentées dans l’application sont enrichies de quelque 110 images, dont des esquisses et études, des photos d’artistes et des prises de vues inédites du travail de restauration. Avec un plan d’étages et la possibilité de naviguer par salle, œuvre ou artiste, l’application est le compagnon parfait pour votre visite au Musée, donnant ce que Marc Mayer, directeur du MBAC, décrit comme « plus de profondeur à l’expérience de nos visiteurs ». Mais avec tout le contenu entièrement nouveau et une production artistique s’étalant du XVIIIe au XXe siècle, l’application s’avère également un outil utile pour mener une recherche hors du Musée, ou simplement avoir votre dose d’art à minuit.

L’un des grands avantages du développement des applis mobiles, comme l’application Collection canadienne du MBAC, est qu’elles permettent aux amateurs d’art d’assouvir leur passion où et quand ils le souhaitent. Voici quelques autres applis dignes d’intérêt, peu importe votre lieu de résidence. 

Si la vie d’artistes d’hier vous intéresse, essayez Yours, Vincent, du Musée Van Gogh à Amsterdam. Elle permet à l’utilisateur d’explorer la vie de Vincent van Gogh à travers ses lettres, qu’on peut voir illustrées, des mises en lecture, des entrevues en vidéo avec des experts et des esquisses et tableaux de la collection du Musée.

De son côté, Wondereur se propose de vous faire découvrir les artistes contemporains à voir absolument. Chaque semaine, l’appli est automatiquement mise à jour pour présenter un nouvel artiste de quelque part dans le monde, choisi par l’équipe internationale de dénicheurs de talents de Wondereur. Au menu : photoreportages somptueux, récits fascinants et nouvelles œuvres d’art enthousiasmantes à tous les prix, car Wondereur donne aussi la possibilité aux collectionneurs débutants ou chevronnés la possibilité d’acheter ce qu’ils voient.

Si cela vous inspire, essayez l’appli Art Lab du MoMA. Avec cette appli pour iPad, vous (ou l’artiste qui sommeille en vous) pouvez explorer techniques et procédés artistiques, puis réaliser vos propres créations inspirées par les œuvres d’Henri Matisse, Alexander Calder et autres vedettes de la collection du MoMA.

Enfin, si vous préférez l’expérience sur place, téléchargez l’appli Akimbo, la ressource mobile au Canada pour tout ce qui touche à l’information et à l’actualité de l’art visuel et contemporain. Ne manquez rien de ce qui se passe dans votre région, et répertoriez vos événements Akimbo dans MyKimbo. D’autres galeries d’art et musées canadiens, comme DHC/ART Fondation pour l’art contemporain, la MacKenzie Art Gallery et le Musée des beaux-arts de l’Ontario (iOS et Android) proposent aussi d’excellentes applications pour découvrir leurs expositions et planifier une visite.


Par Robyn Jeffrey| 23 juin 2014
Catégories :  Grands titres

À propos de l’auteur(e)

Robyn Jeffrey

Robyn Jeffrey

Robyn Jeffrey, écrivaine et réviseure, habite Wakefield, au Québec.

 

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Commentaire

HTML autorisé : <b>, <i>, <u>

Commentaires

© 2013 Le Musée des beaux-arts du Canada. Tous droits réservés.

 2014