A Concise History of Canadian Painting [Précis d’histoire de la peinture au Canada]

Par Katherine Stauble, MBAC le 08 août 2013

Photo avec l'autorisation de la Oxford University Press

Les étudiants d’histoire de l’art de notre vaste pays doivent sauter de joie : un des incontournables de l’art canadien, A Concise History of Canadian Painting de Dennis Reid, vient enfin de paraître dans une troisième édition richement illustrée de grandes reproductions en couleurs sur papier glacé – une nette amélioration par rapport aux images essentiellement en noir et blanc des précédentes versions. Les lecteurs peuvent enfin saisir toute la sensualité du Nu (1930) d’Edwin Holdgate, avec ses bruns riches et bleus vifs, et la vitalité multicolore du Coin (1975–1976) de Greg Curnoe.

Dennis Reid, l’une des sommités de l’histoire de l’art canadien qu’il enseigne à l’Université de Toronto, a connu une longue et éminente carrière comme conservateur d’art canadien au Musée des beaux-arts de l’Ontario (AGO) et au Musée des beaux-arts du Canada (MBAC). Ses collègues Brydon Smith, Pierre Théberge et lui-même formaient un trio de « jeunes effrontés », ainsi que le magazine Saturday Night les a qualifiés lorsque Jean Boggs, directrice du MBAC, les a embauchés en 1967 par pour revitaliser le département d’art contemporain. Ensemble, ils ont contribué à faire connaître internationalement des artistes canadiens d’avant-garde tels que Greg Curnoe, Claude Tousignant et Iain Baxter.

Publié pour la première fois en 1973 lorsque Dennis Reid travaillait à la Galerie nationale du Canada (aujourd’hui le MBAC), A Concise History of Canadian Painting a longtemps été considéré comme un guide indispensable de la peinture canadienne. Je possède toujours l’exemplaire de mes années d’étudiante, et il m’est arrivé de le ressortir en plein milieu d’un repas, tandis que j’essayais d’initier mes enfants à l’art canadien.

La troisième édition couvre plus de trois siècles (1665–2000) et va des peintres de la Nouvelle-France et de l’Amérique du Nord britannique à la production expérimentale de Wanda Koop et à l’œuvre figurative d’Attila Richard Lukacs. Dennis Reid explore l’évolution de la discipline à travers ses acteurs, ses styles et ses mouvements importants : scènes de vie des Autochtones et des colons par Paul Kane et Cornelius Krieghoff, sublimes paysages de Lucius O’Brien et John Fraser, style académique français de William Brymner, Robert Harris et George Reid, peintres marquants des années 1930 notamment Emily Carr et David Milne, collectifs d’artistes dont le Groupe des Sept, le Groupe des Peintres canadiens, la Société d’art contemporain, le Groupe des Onze et les Automatistes et, au XXe siècle, praticiens de l’abstraction, du minimalisme, du colour field painting, du néo-expressionnisme, du néo-figuratif et du réalisme, entre autres Guido Molinari, Michael Snow, Joyce Wieland et Greg Curnoe.

L’analyse des tableaux est en général fouillée, évocatrice et vivante. Grâce aux descriptions de « l’ambiance chargée », de « l’ambiguïté touchante » et de l’artificialité hitchcockienne, je comprends mieux l’œuvre d’Alex Colville. Les textes sont mis en contexte par des recherches biographiques détaillées. L’auteur reconnaît par exemple que le travail d’Emily Carr fait corps avec sa vie personnelle, et même avec ses écrits, et présente ainsi cette citation charmante et éclairante tirée du journal de l’artiste : « Quelque chose m’a parlé au plus secret de mon âme, quelque chose de magnifique, de puissant, qui n’est pas de ce monde. On a fait vibrer les cordes les plus sensibles de mon être ».

Dennis Reid comble dans cette dernière édition certains manques des versions précédentes en se penchant sur plusieurs femmes peintres importantes. Il a ajouté un court chapitre sur les Canadiennes ayant fréquenté les académies parisiennes à la fin des années 1800, notamment Florence Carlyle dont la délicieuse toile The Tiff [La dispute] (1902) est reproduite sur une pleine page. Rita Letendre, Françoise Sullivan et Marcelle Ferron, qui n’étaient que mentionnées dans la deuxième édition, reçoivent ici l’attention qu’elles méritent, et Betty Goodwin est qualifiée de « l’une des plus grandes artistes que le Canada ait produites ».

Par sa portée, ses nombreuses explorations enrichissantes et ses reproductions magnifiques, la troisième édition de A Concise History of Canadian Painting constitue une ressource précieuse pour les amateurs d’art, les férus d’histoire et les spécialistes du Canada. 

Acheter le livre



Par Katherine Stauble, MBAC| 08 août 2013
Catégories :  Suggestions

À propos de l’auteur(e)

Katherine Stauble, MBAC

Katherine Stauble, MBAC

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Commentaire

HTML autorisé : <b>, <i>, <u>

Commentaires

© 2013 Le Musée des beaux-arts du Canada. Tous droits réservés.

 2014