Les Monuments Men à la rescousse

Par Jonathan Franklin, Chef, Bibliothèque, Archives et Programme de bourses de recherche, MBAC le 12 mars 2014

Les Monuments Men, un film de Sony Pictures réalisé par George Clooney, est une adaptation du livre de Robert M. Edsel, publié en traduction française en 2010 sous le titre Monuments Men : Rose Valland et le commando d’experts à la recherche du plus grand trésor nazi. C’est une histoire qui ne manque pas d’ironie. Une des œuvres qui joue un rôle central dans le film comme dans le livre est la sculpture de Michel-Ange connue sous le nom de Madone de Bruges. Lorsque les troupes allemandes d’Hitler la dérobèrent de cette ville belge en 1944, elles ne faisaient que répéter l’opération entreprise par les troupes françaises de Napoléon qui, en 1794, l’avaient expédiée à Paris. Pauvre Belgique. En fait, le pillage « légalisé » effectué par les Allemands avait clairement un précédent, avec l’usage napoléonien de traités unilatéraux aux mêmes fins.

Une autre ironie tient à l’explication probable de la façon dont la Madone de Bruges, de même que quantité d’autres œuvres d’une valeur inestimable entreposées par les Allemands dans les mines de sel d’Altaussee en Autriche, a finalement été sauvée de l’anéantissement. Les circonstances sont obscures, mais il semble vraisemblable que l’un des facteurs clés dans la transgression des ordres allemands, qui étaient de faire sauter le complexe minier dans son entier, ne soit pas l’amour de l’art, mais la résistance des mineurs locaux devant la perspective de voir disparaître leur gagne-pain depuis des générations.

Dans le film, l’évacuation des mines de sel est une prouesse attribuable à la bravoure des Américains, sur fond de bannière étoilée et de course contre les méchants Russes. La réalité diffère quelque peu, de même que les personnages des protagonistes de cette opération. Le cerveau de la récupération, George Stout, était un conservateur professionnel aux manières méthodiques et réservées, si on le compare au « Frank Stokes » décontracté incarné par George Clooney. Ici, comme ailleurs, les libertés avec la réalité abondent.  

D’un autre côté, une visite chez le dentiste d’un des Monuments Men a réellement mené à la capture d’un marchand d’art collaborateur. Également véridique, le rendez-vous galant entre la conservatrice française Rose Valland (« Claire Simone », jouée par Cate Blanchett) et James Rorimer (« James Granger », interprété par Matt Damon). Cate Blanchett s’emploie avec conviction à donner vie à Rose Valland, l’une des véritables héroïnes de la saga, en évitant l’écueil des stéréotypes féminins.

La plupart des libertés prises dans le film sont anodines, bien que les références à l’autodafé de tableaux par les soldats allemands soient excessives. Généralement, même les œuvres d’artistes qualifiés de « dégénérés » comme Picasso et Max Ernst étaient vendues par les nazis grâce à des intermédiaires pour générer des revenus pour le Reich, ou pour le profit d’individus. 

Dans l’ensemble, le livre est dans l’esprit du Boy’s Own Paper, alors que le film est plus proche d’une comédie d’Ealing et, en ce sens, s’avère modérément divertissant. Il faut en tout cas lui reconnaître l’avantage de mettre en lumière une histoire qui, sinon, serait restée largement ignorée du grand public. Et il n’élude pas non plus le prix en vies humaines payé par les Monuments Men. Pour en savoir plus, toutefois, notamment sur le travail mené par les Monuments Men en Italie, exclus de façon explicite dans l’ouvrage d’Edsel, nous vous invitons à lire le livre de Lynn H. Nicholas paru en français sous le titre Le pillage de l’Europe : les œuvres d’art volées par les nazis, Paris, Éditions du Seuil, 1995.

Monuments Men : Rose Valland et le commando d’experts à la recherche du plus grand trésor nazi, Paris, JC Lattès, 2010, de Robert M. Edsel est également en vente [disponible uniquement en anglais] à la Librairie du Musée des beaux-arts du Canada.


Par Jonathan Franklin, Chef, Bibliothèque, Archives et Programme de bourses de recherche, MBAC| 12 mars 2014
Catégories :  Suggestions

À propos de l’auteur(e)

Jonathan Franklin, Chef, Bibliothèque, Archives et Programme de bourses de recherche, MBAC

Jonathan Franklin, Chef, Bibliothèque, Archives et Programme de bourses de recherche, MBAC

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Commentaire

HTML autorisé : <b>, <i>, <u>

Commentaires

© 2013 Le Musée des beaux-arts du Canada. Tous droits réservés.

 2014